Haute autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA)

Activités

Evènements

CELEBRATION DE LA 17ème JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : UNE CONFERENCE DEBAT POUR MARQUER L’EVENEMENT

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a célébré ce 09 décembre 2020 à Lomé, la 17ème édition de la journée internationale de lutte contre la corruption.  Cette journée a été marquée par une conférence-débat qui a vu la participation des organes de contrôle et de régulation et les acteurs de la société civile.

Deux interventions ont marqué la cérémonie d’ouverture de cet évènement :

L’allocution du président de la HAPLUCIA, Essohana Wiyao, et le discours d’ouverture du représentant du Ministre des droits de l’homme.

Dans son mot de bienvenu, le président de la HAPLUCIA, Wiyao Essohana a fait l’historique de la journée internationale de lutte contre la corruption, le bilan de la HAPLUCIA et les perspectives. Il a indiqué que la stratégie de lutte contre la corruption est bien implantée au Togo et elle a besoin d’être renforcée. Pour le président de l’institution en charge de lutte contre la corruption au Togo, le fléau de la corruption a impacté négativement l’Afrique dans le contexte de la COVID-19. Pour lui, il est inacceptable que la lutte contre COVID-19 puisse offrir aux prédateurs des deniers publics de nouvelles possibilités d’exploiter la faiblesse des systèmes de contrôle et le manque de transparence pour détourner des fonds destinés aux populations au moment où elles en ont le plus besoin. Le thème choisi cette année prend en compte la problématique de la lutte contre la corruption dans la gestion de la crise sanitaire. Et pour le président de la HAPLUCIA, « cela nécessite l’implication des organes de contrôle et de lutte contre la corruption, un meilleur contrôle des programmes d’aide d’urgence, des marchés publics plus ouverts et transparents et une meilleure conformité anti-corruption par le secteur privé ».

C’est le chef division des relations avec les institutions administrative et consultatives du ministère des droits de l’homme, chargé de la formation à la citoyenneté Monsieur Dossavi Anku qui a, au nom du Ministre des droits de l’homme, présidé la cérémonie d’ouverture de cette rencontre.

Tout en saluant la HAPLUCIA et l’ensemble des organes de contrôle et de régulation pour leur mobilisation au côté du gouvernement, il a relevé les conséquences de la corruption en ces termes : « la corruption est un frein au développement socio-économique, à la démocratie et à la cohésion sociale des nations. Elle constitue un facteur dissuasif aux investisseurs étrangers et met en p   éril la paix et la sécurité des Etats ». Parlant du thème de l’année intitulé, Rétablir avec Intégrité, le représentant du Ministre des Droits de l’Homme a reconnu la pertinence de ce thème et a invité les participants et l’ensemble des togolais à plus d’intégrité dans la gestion des affaires de l’Etat.

L’Animateur de la conférence-débat, Docteur Fabrice Ebeh, directeur exécutif de l’ANCE-Togo, est revenu sur les enjeux du thème de l’année et les principaux sujets évoqués qui sont, entre autre : Les recommandations de l’ONUDC (Directives pour la gestion transparente des fonds COVID-19), les mesures de gestion de la riposte à la COVID-19 au Togo et les bonnes pratiques de gestion des fonds COVID-19 en Afrique. L’orateur a également fait cas des mesures juridiques, institutionnelles, sociales, sanitaires et économiques ainsi que de soutien au secteur agricole pour une lutte efficace contre la corruption tout en permettant aux services publics d’être plus ouverts et transparents.

 Selon Dr. Fabrice Ebeh il faudrait prendre des critères clairs, objectifs et transparents pour la qualification des destinataires et bénéficiaires des fonds de soutien à la covid-19, ouvrir des canaux clairs de communication et de diffusion pour améliorer la sensibilisation et la compréhension chez les bénéficiaires pour intégrer la gestion des crises sanitaires dans les systèmes nationaux de planification.

Rappelons que la journée internationale de lutte contre la corruption est célébrée le 09 décembre de chaque année et a pour objectif de sensibiliser la communauté internationale sur le fléau.

 C’est également l’occasion de faire connaitre le rôle de la Convention onusienne signée par 114 pays dont le Togo du 09 au 11 décembre 2003 à Mérida au Mexique en matière de lutte et de prévention contre la corruption.


LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO : LA HAPLUCIA, EN CAMPAGNE DE SENSIBILISATION ET DE DISSEMINATION DU RAPPORT DE L’ETUDE SUR LA PERCEPTION ET LE COUT DE LA CORRUPTION AU TOGO

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a effectué du 23 au 27 novembre 2020 une tournée nationale de sensibilisation et de dissémination du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo. La tournée a démarré avec l’étape de la région des Savanes et plus précisément à Dapaong et s’est poursuivie dans la Kozah, Tchaoudjo, Ogou, et Zio.

CEREMONIE D’OUVERTURE :

 Les cérémonies d’ouverture ont été marquées par: Les allocutions de circonstance du président de la HAPLUCIA Monsieur Essohana Wiyao et les discours d’ouverture des Préfets des différentes préfectures parcourues (Tone, Kozah, Tchaoudjo, Ogou et Zio).

Dans ses différentes interventions, le président de la HAPLUCIA a remercié les Préfets pour leur implication personnelle dans l’organisation de ces ateliers et les participants qui ont répondu nombreux aux ateliers de la HAPLUCIA.

Parlant du contexte de la tournée de la HAPLUCIA, Monsieur Essohana Wiyao a indiqué que cette tournée a pour objet, de partager avec les différentes couches sociales, les résultats de l’enquête sur le coût et la perception de la corruption au Togo que l’Institut national de la Statistique et des Etudes économiques et Démographiques (INSEED) a réalisé en collaboration avec son institution.

Il est revenu sur l’activité principale de la HAPLUCIA qui est la campagne nationale de sensibilisation placée sous le thème « participation citoyenne à la lutte contre la corruption et les infractions assimilées ». Une campagne lancée par le Premier Ministre représentant Son Excellence Monsieur le Président de la République le 13 septembre 2018. Cette campagne qui a déjà eu lieu dans les régions Maritime et Kara, ne s’était pas encore déroulée dans les régions des Savanes, Centrale, et des Plateaux. « Cependant, afin de rattraper un tant soit peu le temps que nous avons perdu à cause de la pandémie dite COVID-19, nous avons décidé de coupler cette activité par une sensibilisation.  Si Dieu le permet, nous reviendrons au cours de l’année prochaine pour couvrir les autres régions du pays », a laissé entendre le président de la HAPLUCIA Essohana Wiyao.

Le rapport d’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo servira de première pierre pour l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées

Dans leur discours d’ouverture des travaux, les Préfets ont tour à tour remercié le président de la HAPLUCIA et sa délégation et se sont réjoui du choix porté sur leur préfecture pour la tournée de sensibilisation et de dissémination du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo.

 En relevant les conséquences désastreuses de la corruption dans plusieurs domaines, les Préfets ont énuméré les efforts du Togo en matière de la lutte contre la corruption. Ils ont félicité le Chef de l’Etat Togolais Son Excellence Monsieur Faure Gnassingbé grâce à qui le Togo a ratifié plusieurs conventions internationales et engagé de nombreuses réformes sur le plan national.

LES COMMUNICATIONS

Les communications relatives à ces différents ateliers sont entre autre :

La présentation de la HAPLUCIA par Monsieur Arouna Lardja, membre de la HAPLUCIA, les résultats sur la perception et le coût de la corruption au Togo présenté par Monsieur Djato Souleymane, directeur des Etudes et de la planification et une présentation sur les actes de répression contenus dans le nouveau code pénal, de Monsieur Essohana Wiyao, président de la HAPLUCIA.

Les débats ont donc tourné autour de ces différentes thématiques. Les participants ont cherché à connaître les manifestations du phénomène de la corruption, les missions de la HAPLUCIA et les enjeux du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo.

Soulignons qu’à Dapaong, Sokodé, et Atakpamé, il s’est agi des ateliers de sensibilisation contre la corruption et de la dissémination du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo tant dis que dans les autres régions (région de la Kara et Maritime), les ateliers ont été consacrés uniquement qu’à la dissémination du rapport de l’étude sur la perception et le coût de la corruption au Togo.

CEREMONIE DE CLOTURE

Partout dans les régions, le président de la HAPLUCIA a remercié les autorités locales pour leur collaboration et leur implication dans l’organisation de ces ateliers. Aux participants, le président Essohana Wiyao s’est réjoui de leur mobilisation et les a exhortés à œuvrer dans le sens de la lutte contre la corruption afin de rendre notre pays propre et attrayant aux investisseurs pour le développement du pays. Quant aux autorités locales, elles ont encouragé leurs différentes populations à relayer les enseignements reçus au cour de ces rencontres dans leurs différents services afin qu’ensemble nous œuvrions à la promotion de la bonne gouvernance et au développement du Togo. 

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO : LA HAPLUCIA VALIDE LES TERMES DE REFERENCE DE LA STRATEGIE NATIONALE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES.

Installé le 05 novembre dernier, le comité multisectoriel de pilotage de l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées a démarré ses activités ce jeudi 12 novembre 2020 à Lomé par un atelier de validation des termes de référence qui devraient conduire à l’élaboration de cette stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

C’est le président de la Haute Autorité Monsieur Essohana Wiyao de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) qui a présidé les travaux de cette rencontre.

Ces termes de référence, ont été enrichis sur le fond et la forme par les différents membres du comité de pilotage.

Les grandes lignes de ces termes de références sont entre autre : Le contexte et la justification, les objectifs visés, les résultats attendus, la méthodologie, les missions du comité de pilotage et de la planification stratégique, les compositions de ces comités, la période, le financement de l’élaboration de la stratégie nationale, le chronogramme et le budget.

Les membres du comité ont parcouru tout le document et ont fait des amendements et propositions pour son enrichissement. 

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION AU TOGO : LA HAPLUCIA INSTALLE LE COMITE MULTISECTORIEL DE PILOTAGE DE L’ELABORATION DE LA STRATEGIE NATIONALE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LES INFRACTIONS ASSIMILEES

La Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) a procédé le jeudi 05 novembre 2020 à Lomé, à l’installation du comité multisectoriel de pilotage de l’élaboration de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

Cette cérémonie d’installation a été organisé par la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées en collaboration avec le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Dans son mot de bienvenue, le président de la HAPLUCIA, Monsieur Essohana Wiyao a reconnu que l’installation de ce comité marque la volonté des autorités togolaises d’ouvrer au renforcement des conditions favorables, à l’efficacité de la gouvernance publique et de à améliorer significative du climat des affaires au Togo.  Pour lui, cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique 2019-2023 de son institution qui est décliné en trois axes. Il s’agit : « du renforcement des capacités institutionnelles de la HAPLUCIA, du développement de ses capacités d’intervention et de la promotion de la coopération ».

Tout en saluant les efforts du Togo ces dernières années pour consolider son système de transparence, de redevabilité et de lutte contre la corruption, le représentant  du représentant-résident du PNUD au Togo, Mactar Fall a indiqué que « la corruption entrave les efforts  pour atteindre les objectifs de développement durable, sape la démocratie et l’état de droit, conduit à la violation des droit de l’homme, fausse les marchés, érode la qualité de vie et permet au crime organisé, au terrorisme et d’autres menaces à la sécurité humaine de prospérer. Elle contribue à l’instabilité, à la pauvreté, et est un facteur dominant conduisant les pays fragiles à l’échec de l’Etat ».

 En installant officiellement le comité multisectoriel, le directeur de cabinet du ministre des Droits de l’Homme, de la Formation à la Citoyenneté et des Relations avec les institutions de la République, porte-parole du gouvernement monsieur Djéri Adjawè a exprimé sa gratitude au PNUD pour son appui à la prévention et à la lutte contre la corruption au Togo. Il a félicité les membres du comité pour avoir accepté apporter leurs talents et expériences au service de la lutte contre ce fléau dans le pays, avant de les renvoyer à leur mission en leur souhaitant plein succès.

 Le comité aura pour mission, d’élaborer et de mettre à la disposition des acteurs de lutte, des outils indispensables, pour la bonne gouvernance économique et financière en vue de combattre ce fléau. Il s’agit entre autres pour ce comité intersectoriel, d’élaborer une stratégie de lutte contre la corruption inclusive et intégrale avec comme paradigme, le partage des valeurs éthiques, le changement de comportements et d’attitudes, l’assimilation des concepts de transparence et de reddition de comptes dans la gestion des affaires publiques. Il s’agira aussi de rédiger un plan d’action pluriannuel budgétisé et des plans d’actions sectoriels sur la prévention et la lutte contre la corruption et les infractions assimilées.

Ce comité de pilotage sera appuyé dans ses missions par un comité technique de planification stratégique, comprenant des personnes ressources issues des départements ministériels, de la HAPLUCIA, du comité exécutif du cadre de coordination et de concertation, ainsi que des consultants nationaux et internationaux.

Ce comité de pilotage, constitué d’une quarantaine de membres de l’administration publique, des organes de contrôle et de régulation, du secteur privé, de la société civile et de la HAPLUCIA aura 18 mois à compter de la date de son installation pour accomplir sa mission.


LA HAPLUCIA VALIDE SON PROJET DE PLAN DE COMMUNICATION AVEC SES PARTENAIRES

La Haute Autorité de Prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilée (HAPLUCIA) a organisé le jeudi 29 octobre 2020, un atelier de validation de son projet de plan de communication.  Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de son plan stratégique 2019-2023 validé le 07 février 2019.

C’est le président de la Haute Autorité de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées (HAPLUCIA) Monsieur Essohana Wiyao qui a présidé la cérémonie d’ouverture de cet atelier entouré des membres de son institution. Le Plan stratégique quinquennal 2019-2023 de la HAPLUCIA et son plan d’action prescrivent la « Promotion d’une communication interne et externe adaptée ». C’est pourquoi, en ouvrant les travaux de cet atelier, le président de la HAPLUCIA a reconnu que « l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan de communication sont destinées d’une part, à créer une dynamique interne et une synergie au service de la double mission de la HAPLUCIA et, d’autre part, une meilleure collaboration avec les citoyens, les collaborateurs et partenaires nationaux et internationaux ».

Ont pris part à cet atelier, les membres du cadre de concertation, les organisations de la société civile, et les hommes de médias.

Les débats ont donc tourné autour du projet du plan de communication dont la présentation a été faite par Monsieur Arouna K. Lardja, membre de la HAPLUCIA et du comité de rédaction de ce plan.

Les différentes interventions des participants ont permis d’enrichir le projet du plan de communication et d’en faire un document de référence en matière de communication pour les cinq (5) prochaines années.


Conférences

Projets

 

Les projets prioritaires de la HAPLUCIA sont nombreux et variés. Entre autres :  

 

  • Elaboration d’un plan stratégique national de prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Adoption d’une politique de formation des agents de l’administration publique et du secteur privé ;
  • Plaidoyer pour l’effectivité de la disposition du décret n°2011-178/PR du 7 décembre 2011 fixant les principes généraux d’organisation des départements ministériels, relative à la nomination d’un inspecteur des services dans chaque ministère ;
  • Plaidoyer pour l’affichage des tarifications des prestations de services dans l’administration publique ;
  • Promotion d’un système de gouvernance qui prévient les conflits d’intérêts, l’enrichissement illicite, les détournements de biens publics, les trafics d’influence, la concussion, bref tout acte de corruption et des infractions assimilées ;
  • Elaboration et adoption d’une loi préventive de lutte contre la corruption et les infractions assimilées ;
  • Elaboration d’un code de bonne conduite de la fonction publique pour rendre effectif le système national d’intégrité ;